Le fossé se creuse entre les écologistes

Retrouvez l’article sur le site du Figaro.

Par Albert Zennou

Publié 

    Julien Bayou, Jean-Vincent-Placé et Cécile Duflot lors de la cérémonie des vœux à la presse d'Europe Écologie-Les Verts, en janvier

    Deux lignes représentées par Jean-Vincent Placé et Cécile Duflot s’affrontent au sein de EELV.

    Les écologistes divisés. La formule est aussi ancienne que l’écologie elle-même. Et pourtant, depuis la sortie des ministres Verts du gouvernement en avril 2014, la fracture au sein du parti n’aura jamais été aussi marquée. Deux lignes s’affrontent dans le mouvement écologiste. La première, incarnée notamment par Jean-Vincent Placé et François de Rugy, plaide pour une écologie pragmatique et milite pour une participation au gouvernement. L’autre ligne, avec pour chef de file Cécile Duflot, se bat pour ancrer l’écologie à la gauche du PS, avec une possible alliance avec la gauche de la gauche, notamment Jean-Luc Mélenchon depuis que, il y a quelques mois, il s’est découvert une passion pour l’environnement et une attirance idéologique pour l’écologie.

    Et à mesure que bruissent les rumeurs sur un remaniement après les départementales de mars ou les régionales de décembre, la fracture semble même prendre des allures de fossé béant. La participation ou non au prochain gouvernement est devenue le révélateur de cette coupure idéologique. François Hollande, qui sait que sa réélection en 2017 passe d’abord par l’union la plus large possible de la gauche au premier tour, cherche en effet à faire revenir les Verts au gouvernement. «La fracture est profonde, mais elle existait depuis longtemps. La seule différence, c’est qu’elle se révèle aujourd’hui alors qu’auparavant elle était cachée», explique Daniel Boy, chercheur au Cevipof.

    Du coup, la recherche d’une nouvelle alliance entre Duflot et Mélenchon fait craindre à certains une dérive gauchiste. Daniel Cohn-Bendit a d’ailleurs mis en garde son ancien mouvement devant cette tentation mélenchonienne. Christophe Rossignol, l’animateur du courant Repère, dénonce «l’irresponsabilité» des partisans de Cécile Duflot «de n’avoir pas pris en compte la poussée du FN. Ils vivent sur le mythe de Grenoble (cette ville conquise par les écolos au PS lors des dernières municipales) ou sur celui de Syriza en Grèce.»

    Continue reading

    Interview de Jean-Vincent Placé sur Europe 1

    JVP-Europe1

     Jean-Vincent Placé était ce samedi 28 février l’invité politique de Pierre de Vilno. Il s’est notamment exprimé sur le déplacement de François Hollande à Manille pour le climat.

    « Au delà des messages de l’appel de Manille et de la conférence climat, il y a les actes, et les actes, c’est par exemple la loi de transition énergétique qui va permettre un mix énergétique plus protecteur pour l’environnement et utile pour le développement économique.

    « Cette loi est tout aussi importante que la loi sur la biodiversité qui va permettre enfin de créer cette Agence de la biodiversité pour la protection de  la faune et de la flore dans notre pays ».

    Retrouvez l’intégralité de cette interview ici.

    Interview de Jean-Vincent Placé dans la matinale d’Itélé

    « Ce qui compte, ce n’est pas ceux qui rentrent ou sortent du gouvernement, mais les politiques que l’on met en place »Cliché 2015-03-01 14-23-34

    JVP-Itélé

    Vendredi 27 février matin, Jean-Vincent Placé, sénateur de l’Essonne, était l’invité de Florent Peiffer dans la matinale d’iTELE. Il est notamment revenu sur le déplacement de François Hollande aux Philippines. Il estime que la démarche du président de la République est sincère.

    Retrouvez l’intégralité de l’interview sur ce lien.