L’urgence d’un pacte de responsabilité écologique !

1619367_10201731844520343_775579481_nJ’AI SIGNÉ, À L’INSTAR DE 200 autres membres d’EÉLV, dont de nombreuses et nombreux militant.e.s de Via Ecologica !, le texte « Pour un pacte de responsabilité écologique ».

Ce texte pose les conditions d’une participation gouvernementale des conditions écologiques, mais également sociales et institutionnelles. Il pose, très concrètement, la question de l’entrée des écologistes au Gouvernement, plus d’un an après une sortie peu glorieuse.

Certains limitent cette initiative au désir infrangible de certains signataires de devenir ministres. Il ne s’agit pas de nier les ambitions personnelles, mais restreindre le débat à une question de personnes, c’est toujours l’appauvrir, et il est étonnant que ce parti qui se veut le plus démocratique, refuse les confrontations stratégiques et veuille toujours reporter les débats.

Pourtant, il y a urgence, les prochaines échéances nationales, celles qui déterminent la vie politique française, présidentielle et législative, auront lieu au premier semestre 2017, soit dans deux ans, et cela signifie que le processus d’alliances, de désignations se prépare au premier semestre 2016.

Aujourd’hui, notre électorat a décroché, il ne comprend plus le positionnement stratégique de notre parti. Les signataires du pacte de responsabilité écologique pensent que nous ne pouvons attendre tranquillement la tenue du congrès en 2016, et que dès maintenant la question des prochaines échéances doit être posée et clarifiée.

À l’exception de la gauche du parti qui assume le débat en envisageant pour la prochaine présidentielle des primaires à la gauche de la gauche, regroupant écologistes, Front de gauche et frondeurs socialistes, la grande majorité du parti qui a soutenu le départ de Cécile Duflot se contente de gérer au jour le jour, avec l’illusion que c’est le nombre de tracts distribués par nos candidates.e.s qui va déterminer nos scores aux élections et notre audience.

Peut-on évacuer l’hypothèse de l’absence d’un candidat de gauche au deuxième tour de la présidentielle qui risque de se résumer à un affrontement UMP / FN ? Ne doit-on envisager qu’une candidature autonome puisse conduire, de fait, à un quinquennat UMP ?

S’il doit y avoir alliance avec le candidat de gauche pour la présidentielle, c’est maintenant qu’il faut la préparer, c’est maintenant qu’il faut conclure un pacte de responsabilité écologique, c’est maintenant que l’inflexion d’une autre politique doit être mise en oeuvre, c’est maintenant que nous devons y participer. Sinon, attendre le dernier moment, c’est se condamner, au risque du ridicule, à signer en 2016 un nouveau contrat pour un second quinquennat « Hollande », avec ceux dont nous nous sommes détachés pour non-respect du contrat du premier quinquennat.

C’est pourquoi, nous pensons que c’est le moment de lancer l’appel pour un pacte gouvernemental qui prenne réellement en compte la dimension écologique.

C’est aujourd’hui que nous devons vérifier auprès du Président de la République cette volonté d’infléchir sa politique, les actes qui la traduisent. C’est sur ces bases, sur ces réponses, que nous aurons, alors, les données du débat stratégique.

Jean Desessard

27 février 2015


Retrouvez l’intégralité du texte « Pour un pacte de responsabilité écologiste » sur ce lien.

Consultez le numéro de février 2015 du Journal de Via Ecologica !JOURNAL_Via-Eco_N° 7

François de Rugy: «Les écologistes sont dans une période de flou stratégique»

François de Rugy, coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale, était hier l’invité de l’émission « Face aux chrétiens » animée par Frédéric Mounier et coproduite par KTO. Il répondait aux questions d’Alain Baron (Radio Notre-Dame), Romain Mazenod (RCF) et Mathieu Castagnet (La Croix).

Retrouvez l’intégralité de l’interview ici.

26/2/15 – 17 H 40


Cliché 2015-02-26 22-38-45La Croix : Les députés écologistes n’ont pas voté la motion de censure présentée par la droite mais certains responsables du parti militent pour un rapprochement avec le Front de gauche. Êtes-vous toujours dans la majorité? 

Cliché 2015-02-26 22-38-45

François de Rugy : La sortie du gouvernement en avril 2014 était une décision personnelle des deux ministres écologistes qui s’est imposée au mouvement alors que les députés et sénateurs n’y étaient pas favorables. Nous vivons depuis une période de flou stratégique même si nous sommes un certain nombre à souhaiter que les choses se décantent et que l’on revienne sur le terrain de l’écologie qui agit.

Nous avons été élus dans la majorité en 2012. Cela ne se passe pas toujours facilement mais c’est dans ce cadre-là que nous voulons avancer. Il n’y a pas de majorité alternative avec les frondeurs du PS, le Front de gauche et les écologistes. Cela ferait au maximum 80 voix à l’Assemblée là où il en faut 289 pour avoir une majorité.

Continue reading