« Les écologistes ont chanté la marseillaise »

Dimanche 18/01/2015 à 13H47

Entretien avec Jean-Vincent Placé, président du groupe écologiste au Sénat

Politique - Actualités - Les écologistes ont chanté La Marseillaise

Jean-Vincent Placé souhaite que les écologistes puissent « travailler avec tous les partenaires potentiels », de Jean-Luc Bennahmias à Jean-Louis Borloo. PHOTO PQR

Les écologistes applaudissent Manuel Valls. C’est surprenant après Sivens et les polémiques sur les Roms !

Face aux événements tragiques que nous avons vécus, comme le président de la République et le ministre de l’Intérieur, le Premier ministre a fait preuve de maîtrise, de sang-froid, de fermeté. Il a prononcé un discours remarquable. Il était légitime que la classe politique française, républicaine, se lève et applaudisse. Pour tout dire, ça m’a fait plaisir de voir mes collègues écologistes chanter La Marseillaise.

Mais Valls a fait du Valls, tout ce que beaucoup d’écologistes rejetaient jusqu’à présent !

Sut le ton et sur la forme, il était tel qu’on le connaît. Mais il a su aussi s’élever à la hauteur de la situation. Il a écarté très clairement les lois d’exception, comme le Patriot Act, tout en évitant toute forme de naïveté ou d’angélisme.

Les parlementaires écologistes ont applaudi les policiers. Vous aimez la police maintenant ?

Depuis trois ans comme rapporteur du budget de la police et de la gendarmerie à la commission des finances du Sénat, je n’ai cessé de demander une augmentation de leurs moyens, ainsi que pour les services de renseignement.

Retrouver l’article sur LaProvence.com

Tous les écologistes ne sont pas pro-police !

En ce moment, évitons les polémiques. Nous sommes pour la sécurité de notre pays. François Hollande, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve respectent l’équilibre entre la sécurité et les libertés individuelles. L’enjeu pour les semaines à venir est de ne pas se départir de cet équilibre.

Vous êtes en accord avec toutes les propositions de Manuel Valls dans le domaine de la sécurité ?

Sur l’augmentation des moyens pour la police, la gendarmerie et les renseignements, évidemment. Pour le reste, on va discuter. Mais lorsque les parlementaires ont rencontré le ministre de l’Intérieur, il nous a montré une vision précise et pragmatique qui va dans le bon sens. Par exemple, la limitation à trente jours, comme c’est le cas en ce moment, de la conservation des interceptions téléphoniques, alors que faute de moyens et d’interprètes pour certains dialectes, on n’a pas eu le temps de les exploiter, est un problème auquel il faut trouver une solution.

La France souhaite voir adopter au niveau européen le fichage des passagers dès qu’ils réservent leur billet d’avion. Le parlement européen s’y oppose et, entre autres, les écologistes. Vont-ils changer d’attitude ?

Il faut vraiment que dans cet équilibre entre sécurité et liberté, on réussisse à trouver des mesures efficaces. Face à la menace terroriste, la traçabilité des personnes ne me choque pas. Pas plus que l’amélioration des écoutes. Je souhaite que notre position puisse évoluer sur ce sujet important.

Les jeunes des cités n’étaient pas nombreux dans la rue dimanche dernier. Il y a eu des incidents autour de la minute de silence à l’école. Comment faut-il réagir ?

Ça montre qu’on ne peut pas s’en ternir à la sécurité. Qu’il est tout aussi impératif d’engager des actions de long terme sur la prévention citoyenne, l’éducation, la lutte contre l’exclusion, l’égalité territoriale. Avec des moyens budgétaires. Pour, à la fois, ne pas stigmatiser nos compatriotes musulmans, éviter tout amalgame et respecter leur religion, et aussi montrer que la religion a vocation à s’arrêter là où commence la sphère publique.

On a trop cédé sur le respect de la laïcité ?

Non. Mais on n’a pas assez expliqué ce qu’elle est. Dans mon propre parti, je passe pour un ringard parce que je suis pour la promotion absolue de la laïcité et de l’éducation citoyenne à l’école. Et je suis également pour l’enseignement à l’école des principes fondamentaux des religions. C’est essentiel pour contrer la violence qui se présente comme religieuse et qui s’exprime sur internet. Ce n’est plus acceptable. Là aussi, tout en respectant la liberté d’expression, on ne peut plus accepter que sur le net, on puisse propager des propos antisémites, racistes, xénophobes, islamophobes. Ce sont des délits.

Que répondez-vous à ceux qui ne comprennent pas que l’on poursuive Dieudonné et pas « Charlie Hebdo » ?

Dieudonné ne fait pas une critique de la religion juive. Il s’attaque aux juifs en tant que tels. C’est une stigmatisation du juif parce qu’il est juif. Se moquer d’une religion, c’est possible. S’attaquer aux personnes, non.

Les Français sont élogieux sur le comportement de François Hollande. Son quinquennat commence maintenant ?

Je n’aime pas la formule. Même si j’ai eu l’occasion de contester sa politique, je n’ai jamais douté de sa stature de chef d’État, de sa capacité à représenter la France dans les moments difficiles. Comme il l’a également montré en politique étrangère. Sur ces sujets, il a toujours fait preuve d’autorité et de fermeté. Il n’empêche que durant ces journées, jusque dans sa manière de rassurer les Français, il m’a impressionné.

Avant ce drame, Cécile Duflot avait condamné avec virulence François Hollande qui présentait la loi Macron comme « un coup de jeune » et de modernité. La confrontation est terminée ?

Cécile Duflot a le droit de s’exprimer comme elle le veut. Le Président lui-même a dit qu’il ne s’agissait pas de la loi du siècle. Elle a un côté fourre-tout qui brouille le message initial sur la réforme des professions protégées qui, elle, demeure une priorité. Cette loi prévoit la limitation des retraites chapeau. Mais aussi un affaiblissement du droit de l’environnement et une mise en cause de la loi sur le logement de Cécile Duflot alors que tous les décrets d’application n’ont même pas été publiés. Nous contestons ces deux points.

La loi encourage les exportations nucléaires civiles françaises. Ségolène Royal se prononce pour une nouvelle génération de réacteurs. C’est un point de rupture ?

Contrairement aux socialistes, nous sommes pour la sortie du nucléaire. Après la polémique suscitée par ses propos, Ségolène Royal a précisé qu’elle voulait seulement ne pas sortir du tout nucléaire. Ce qui est conforme à la loi sur la transition énergétique, approuvée par tous nos parlementaires. Cette loi, je demande qu’elle soit respectée. Elle nous donne la possibilité de démontrer qu’avec l’économie verte, les énergies renouvelables, la rénovation thermique des bâtiments, nous pouvons créer de nouveaux emplois non délocalisables et durables. Et qu’ainsi nos idées sont supérieures à celles des partisans du nucléaire.

Les écologistes veulent-ils construire une alternative à gauche en s’alliant avec le Front de gauche. Ou bien, au contraire, une grande coalition avec les socialistes, mais aussi les centristes de tendance gauche, comme le Mouvement démocrate de Jean-Luc Bennahmias et Christophe Madrolle ?

Tenter de monter un pôle extrême gauche-écolo serait négatif. Il faut retrouver ce que, avec une vision stratégique très pertinente, Daniel Cohn Bendit avait réussi en 2009, en rassemblant tous les écologistes. Le contraire de ce que nous faisons actuellement. Le mouvement écolo est devenu illisible. Il faut nous rassembler et travailler avec tous nos partenaires potentiels, Jean-Luc Bennahmias et Christophe Madrolle, Yves Pietrasenta, Corinne Lepage et tous ceux qui sont intéressés par le dérèglement climatique : Chantal Jouanno, NKM ou Jean-Louis Borloo qui avait agi avec tellement de force sur ces questions. Et bien sûr avec les pouvoirs publics, à commencer par le président de la République qui fait de la conférence climat une priorité. On ne peut prétendre posséder la vérité révélée et rejeter les autres parce qu’on les trouverait insuffisants. Il faut répondre à la situation d’urgence dans laquelle nous nous trouvons sur le plan climatique. La politique, ça consiste à agir pour réaliser tout ce qui est possible.

Olivier Mazerolle

Partagez avec...Tweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on FacebookShare on Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>